Morceaux choisis du discours de lors de sa rencontre avec une délégation de ressortissants de Grand-Bereby le lundi 12 mars 2019.

Ce n’est pas un jeu quand je me lève pour demander Pardon aux ivoiriens. Je leur demande Pardon pour la guerre, pour tout ce qu’on a pu faire. Quand tu regardes le résultat qu’on a obtenu, il faut qu’on demande dix fois plus pardon. Au moins après toute cette guerre, si la Côte d’Ivoire était devenu le Rwanda ou la Suisse, on n’aurait pas à demander Pardon, m’ais qu’est devenue la Côte d’Ivoire ?

Un pays où un député qui a une immunité, où un ancien ministre s’en va en prison pour un tweet ? C’est pourquoi je demande avec insistance pardon. Ce n’est pas ce que je voulais, pardonnez-moi ! Je ne voulais pas que les députés aillent en prison, pardonnez-moi ! Ce n’était pas mon objectif, les tricheries et autres ; ce n’est pas cela que je voulais pour le pays.

A lire aussi : L’international sénégalais Sadio Mané construit un lycée pour son village

Ce que je voulais pour le pays, c’était la liberté et la démocratie, le développement, l’amour des uns et des autres. Mais quand je vois le résultat aujourd’hui, je me dois de demander pardon. On n’a pas fait ce combat pour qu’on vous oblige à militer dans des partis.

On voulait que les gens soient libres d’être , , donc pardonnez !Quelquefois, tu crois bien faire, tu arrives au résultat, il est exécrable. Je reconnais que j’ai eu une part de responsabilité dans la crise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code