Près d’une semaine après la décision de la Confédération africaine de football de retirer l’organisation de la au , Les Comores, dans le groupe des éliminatoires que les demandent des explications à la sur l’application de l’article 92.

« Nous demandons l’application du règlement, et plus précisément l’article 92, qui veut qu’un pays qui se voit retirer l’organisation de la CAN ne participe pas à l’édition en question », a indiqué le jeudi 6 décembre 2018, , le manager général des Comores, invité de sur . Pour Saadi Ben Amir,”La logique voudrait que, le Cameroun étant dessaisi, le Cameroun soit mis hors-course”.

A lire aussi : Les affiches des 16es de finale de la Coupe CAF

Comme ce fut le cas lors des derniers retraits d’organisation, en premier lieu dans le cas de la au . Le royaume avait alors contesté sa suspension devant le TAS et obtenu gain de cause. De quoi échauder la CAF ? Le discours d’Ahmad laisse en tout cas penser que la décision de retirer la CAN 2019 au Cameroun n’est qu’une manière d’ôter provisoirement au pays son statut d’organisateur, d’où cette non-application stricte de l’article 92.

Retraite de Didier Drogba : L’hommage d’Hervé Renard à DD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code